Avec

Yvette Louis, photographie
Émilie Borgo, danse et chorégraphie
Anne-Catherine Nicoladzé et Lulla Chourlin, regards chorégraphiques
Xavier Saïki, dispositif sonore
Pascal Ainardi et Pascal Borgo, scénographie et construction

 

Co-productions et résidences de création : MJC (Bourg-en-Bresse), Domaine de La Garde (Bourg-en-Bresse), La Friche Artistique (Besançon), CitéDanse (Grenoble) avec le soutien de la Ville de Bourg-en-Bresse

Première en juillet 2019 pour le festival espace d’un été à Bourg-en-Bresse

Avec « Visibles Invisibles » nous partons à la rencontre de ceux que nous ne voyons pas ou nous ne voulons pas voir pour laisser émerger des danses et saisir des instants photographiques. Le travail artistique de Passaros retrouve ses premières amour à travers la création de portraits chorégraphiques qui jaillissent de ces rencontres. Danse et photographie donnent lieu à une écriture dévoilant la poésie du quotidien.
« Pour photographier une expression comme la danse, il faut précéder le mouvement, il faut le sentir et pour ça, il faut vibrer au même endroit. La plupart des artistes que j’ai rencontrés liaient leur vie d’artiste à une dimension sociale, et je pense que lorsque l’artiste reste en contact avec la réalité, il est plus fort, plus vrai, plus épais ! J’ouvre grands les yeux sur la magie que je vois souvent dans un bref instant, dans les êtres que j’observe et qu’il me paraît important de capter et de partager. Je veux vous rendre visibles comme l’image apparaît dans le révélateur, je souhaite que vous apparaissiez, que vous vous révéliez. » Yvette Louis, photographe

Processus
De Bourg-en-Bresse à Grenoble, à Besançon, une photographe et une danseuses voyagent : moments d’errance pour laisser venir et rencontrer, prises de vues, cartes postales chorégraphiques avec les acteurs rencontrés, temps de studio pour réaliser une création chorégraphique et un dispositif d’exposition dansée.
À la rencontre de ceux que chaque jour nous pouvons croiser sans jamais leur adresser la parole, elles observent leurs démarches, dévoilent les traces de la vie sur les corps, recueillent leurs histoires bien souvent extraordinaires.
Elle se déplacent dans les rues pour être là, observer et partager un moment avec les passants et habitués. La présence, le corps, l’écoute, le jeu, la relation les entraînent dans ce processus. Le terrain est vaste et quelque chose se dessine dans ce lien entre visible et invisible.
Il s’agit d’observer des postures, des cadences, des rythmes, des textures, des manières de se positionner dans l’espace public, de s’effacer ou d’apparaitre puis de jouer dans le langage des corps. La danse se révèle, subtile dans le corps de chacun.Se retrouvant chaque jour à la même heure dans un même lieu, plusieurs jours de suite, Yvette Louis et Émilie Borgo rencontrent « des passagers du territoire ».
Émilie Borgo partage avec eux une danse, une dédicace à travers le corps. À partir du langage des corps, chaque rencontre donne lieu à une miniature chorégraphique. Yvette Louis reflète ces instants.
Danse et photographie traduisent ces moments en traçant des croquis de ces personnes en fragilité, en rupture avec la société ou en transit, qui ont leurs histoires mais qui pourraient aussi être celles de chacun d’entre nous…
Inspiré de l’iconographie, mu par les multiples facettes de l’être humain, imprégné des rencontres, Visibles Invisibles, se révèle.

La pièce se joue dans une scénographie muséographique. Le public passant des photographies exposées ou vidéo-projetées à des séquences dansées mises en espace et en sons.